Vedette curseur

La Ronde des Légumes, l’Amap 100% bio, 100% local


Véronique Kermarrec entourée de Claire et Gregory, maraîchers en bio

Connaissez vous le principe de l’Amap ? C’est une Association pour Maintien de l'Agriculture Paysanne, un mode de distribution en direct, du producteur au consommateur. Un consommateur qui devient acteur, par son engagement et sa contribution dans l’Amap. 

Dans une Amap, le consommateur s’engage à acheter un panier de légumes chaque semaine et permet ainsi d’assurer à l’agriculteur l’écoulement de sa production tout au long de l’année, ainsi qu’un revenu régulier et assuré. Mais pas que. L’Amap, c’est beaucoup plus que cela, c’est aussi un espace de création de lien social.

« L’Amap c’est l’assurance de manger des légumes de saisons, sans réfléchir à ce que l’on doit mettre dans son panier. »

Rencontre avec Véronique Kermarrec, présidente de La Ronde des Légumes

Véronique, peux-tu nous présenter La Rondes des Légumes ?
Notre Amap a été fondée en 2012, suite au mouvement citoyen initié par l’Agenda 21 sur la commune. Elle regroupe une cinquantaine d’adhérents et distribue chaque semaine des paniers de légumes bio, en provenance de l’exploitation de Claire Favre-Bonvin à Minzier pour les petits paniers (1 à 2 personnes) et de celle de Gregory et Magali Doucet à Vulbens pour les grands paniers (2 à 4 personnes).
La distribution a lieu les mercredis soir au camping  Le Terroir à Présilly. D’autres produits locaux et bio peuvent aussi être achetés sur place ou sur commande, fromages de chèvre de la Ferme Montailloux à Présilly, oeufs, fruits et viande d’agneau de la Ferme de NinNin à Beaumont, bœuf de Nicolas Dupanloup à Arbusigny,…

Distribution de l'Amap au Camping Le Terroir à Présilly

En quoi l’Amap crée du lien social ?
Les gens se rencontrent, boivent l’apéro ensemble lors des distributions, échangent avec les producteurs, des idées de recettes, des projets, des événements dans un espace bienveillant et convivial. Parfois un coup de main est demandé pour aider dans les champs à la grosse saison. Les amapiens s’aident aussi entre eux quand survient une difficulté, un logement à trouver.
Consommer n’est pas seulement passer à la caisse, mais participer à la croissance des légumes, à la vie de la terre et des exploitations.

L’Amap, une nouvelle conception de l’alimentation ?
Manger n’est pas un devoir ou une obligation pour remplir notre réservoir d’énergie. Manger est un acte conscient pour se faire plaisir avec des aliments bons et sains tout en prenant soin de sa santé, des aliments frais et vivants dont on connait la provenance, sans pesticides, ni antibiotiques (pour les viandes).




En savoir plus : www.larondedeslegumes.fr

Et aussi : Amap du Genevois  - mail : amapdugenevois@yahoo.fr

Toutes les Amap du département : www.amap74.fr/

Casseroles & Co., la cuisine par plaisir...

Une nouvelle enseigne, locale et créative à Saint-Julien en Genevois

Fermée en Mars 2016, la boutique Cristalline de la Grande Rue a réouvert le 15 avril dernier sous l'enseigne Casseroles & Co.

Un lifting et un nouvel aménagement intérieur de la boutique d'articles de cuisine et d'art de la table reprise par Valérie Bignon, des nouveautés, mais toujours la qualité et des marques françaises et européennes qui ont fait la renommée de l'emblématique boutique saint-juliénnoise.

A la faveur d'une reconversion professionnelle, Valérie Bignon, passionnée de cuisine et actrice de la vie locale a choisi de continuer de faire vivre un commerce de proximité dont elle était cliente.


Manon, Valérie et Marion vous accueillent chez Casseroles & Co.

Affilié au groupe Cuisine Plaisir, Casseroles & Co. propose des articles de qualité accompagnés de conseils professionnels dans le domaine des arts de la cuisine et du petit électro-ménager. Les marques Révol, De Buyer, Le Creuset, Magimix, Kitchen Aid,...font le bonheur des meilleurs cuisiniers et des fins gourmets.

Créative et dynamique, l'équipe de Casseroles & Co., en plus de ses conseils avisées, proposera bientôt des ateliers culinaires, démonstrations des robots cuiseurs et autres nouveautés pour rendre la cuisine toujours plus inspirante.

Casseroles & Co.
5, Grande Rue
74160 Saint-Julien en Genevois

Le meilleur de la cuisine libanaise dans un food truck



Jad Fares de Mezze&co - Food Truck Libanais
C’est par amour que Jad Fares a quitté son pays et son agence de publicité au Liban pour venir s’installer à Saint-Julien-en-Genevois. Ne trouvant pas de travail dans son domaine, il profite de son temps libre pour cuisiner les plats traditionnels du Liban pour sa famille. Par Skype, sa grand-mère lui confie ses recettes et ses secrets. Mezze, houmous, taboulé, farouche, kébé, falafel, moutabal… Jad élabore petit à petit sa carte, teste les saveurs et les épices qu’il agrémente de sa touche personnelle. A l'avenir dans sa version gastronomique, le caviar d’aubergine s’enrichira d’avocat et le houmous d’huile de truffe.

Lorsque le rêve devient réalité
Petit à petit, l’idée d’ouvrir son restaurant pour partager sa cuisine et faire voyager ses clients sous le signe des saveurs méditerranéennes germe dans la tête du jeune entrepreneur. Finalement, ce sera un food truck. Pour des raisons pratiques, mais aussi pour cette liberté de faire voyager sa cuisine, au gré des saisons et des événements. Un jour à Saint-Julien, place du marché, un jour pour un mariage, l’été sur un concert, ou en service traiteur pour un anniversaire, la cuisine libanaise est festive, conviviale, chaleureuse et Mezze & co déborde de créativité pour proposer des services et des recettes toujours innovantes.

Un frais et gouteux taboulé libanais

Une cuisine naturelle et authentique
Décrit dans le Bible comme « le pays du lait et du miel », le Liban est célèbre pour sa gastronomie riche et variée. Savoureuse et équilibrée, la cuisine méditerranéenne est saine et naturelle, élaborée à partir d’ingrédients frais, bio quand cela est possible. Tous les plats de Mezze & co sont faits maison, avec des épices comme le cumin, la coriandre ou le poivre doux, importées du Liban.

Bientôt une cuisine et un restaurant
Si Jad a démarré l’aventure en septembre 2015 dans son food truck, il rêve en grand. Le succès de son concept et les retours de ses clients lui font déjà envisager une suite. Trouver un local pour installer sa cuisine, proposer un service de restauration fixe et une terrasse sympa l’été. Il semblerait avoir trouvé l’endroit idéal dans le secteur des Envignes à Neydens.


Rouleaux de fromage


Les services Mezze & co 
Livraison de repas à domicile
Service traiteur pour réceptions
Privatisation du food fruck
Contact : 06 67 76 07 32  - mail : hello@mezzeco.com

Du Léman à la Méditerranée à vélo sur la ViaRhôna




Des rives du lac Léman aux plages de la Méditerranée, la ViaRhôna a pour ambition de vous faire voyager à vélo, en suivant le fleuve Rhône. Cet itinéraire cyclable de 815 km, en cours de réalisation, conduit le touriste à vélo des panoramas alpins aux plages de Camargue, en traversant les paysages emblématiques des vignobles des Côtes-du-Rhône et ceux de la Provence méridionale.


Le tourisme en mode doux
Retour aux valeurs simples, consommation locale, l’éco-tourisme à le vent en poupe. Pourquoi partir à l’autre bout du monde lorsque l’on peut découvrir son pays d’une façon ludique, gastronomique, naturelle. Alors enfourchez votre deux roues, avec ou sans assistance électrique, et évadez-vous le long du Rhône, une destination riche, tant par son histoire que la diversité de ses paysages.
Villages perchés, champs de lavande ou d’oliviers, découvertes gastronomiques, œnotourisme, la ViaRhôna, véritable voie des civilisations, égrène au fil de son parcours plus de 2000 ans d’histoire et de richesses patrimoniales, alternant voies vertes sécurisées et voies partagées.
Projet interrégional et même international de développement durable, la « ViaRhôna, du Léman à la Méditerranée » est un des projets phares du volet tourisme du Plan Rhône, commencé en 2014. Il lie les questions de prévention des inondations, de respect et d’amélioration du cadre de vie et de développement économique sur le long terme.



De Genève à Port Saint Louis en passant par Vulbens
ViaRhôna est un itinéraire cyclable conçu le long ou à proximité immédiate du Rhône (pour 65 % du parcours) pour permettre une itinérance au fil du fleuve. Cet itinéraire alterne deux modes de circulation : soit en voie verte sécurisée, dédiée uniquement aux cyclistes (ou modes de déplacement non motorisés), soit en véloroute : voie de circulation partagée avec les automobilistes sur des routes secondaires, et donc moins propice à des balades familiales.
Auvergne Rhône-Alpes accueille les 2/3 de l’itinéraire ViaRhôna, soit 552 km sur les 815 km au total. 450 km de cet itinéraire cyclable sont déjà praticables, soit 80 % du tracé. À l’horizon 2020, l’ensemble de l’itinéraire devrait être aménagé pour les cyclistes.

De Genève à Vulbens, la première étape de ViaRhôna est transfrontalière. Ce sont 33 km de pistes cyclables qui ont été aménagées à travers le vignoble genevois par des petites routes et des voies
vertes balisées jusqu’aux portes des Alpes. Entre monts et vallées, la ViaRhôna invite ensuite le cyclotouriste à rejoindre Seyssel par le défilé de l’Écluse, un itinéraire offrant de beaux points de vue sur le Rhône et les paysages environnants.

A Vélo le long du Rhône
Voyager sur la ViaRhôna : Le Rhône à vélo de Genève à Lyon, un séjour en randonnée cyclotourisme en liberté avec hébergement en hôtels et chambres d'hôtes, organisé par l’agence de voyage locale, Espace Evasion.

La bonne idée : louer un vélo électrique à la journée et le tester sur la ViaRhôna chez Espace Cycles à Saint-Julien en Genevois.


St’arts d’un jour, stars toujours…


Femmes sacrées et solaires, stars du Shooting St'arts
Encore un rêve fou, fou, fou d’une créatrice illuminée qui prend forme ! Laura Tuohy Bourguignon a fait le pari de réunir les talents des 2 Savoie le temps d’une journée en organisant un shooting photo gargantuesque sur les rives du lac d’Annecy, dans l’écrin majestueux du Prieuré, de l’Abbaye et du port de Talloires.

Entre lac et montagne, entre ciel et terre, entre soleil et sourires, ce n’est pas moins de 10 000 images qui ont immortalisé cette journée. Vous n’aurez pas assez d’yeux pour toutes les regarder ! Mais au delà du choc des photos, du poids des mots, la magie de cette journée unique est gravée dans les mémoires de celles et ceux qui ont la chance de dire « j’y étais ».

Les incroyables talents d’ici
De bon matin en ce vendredi 6 mai, sous un soleil radieux, le Prieuré de Talloires bourdonne comme une ruche. Des dizaines de couturiers, stylistes, modélistes, créateurs de bijoux et accessoires, maquilleurs, coiffeurs, mannequins, relookeurs, fleuristes, décorateurs, photographes s’affairent pour le 1er Shooting St’arts. Dans un immense élan bienveillant et solidaire, ils unissent leurs talents et leur travail pour créer un événement collectif unique qui a pour but de mettre en lumière les artisans et créateurs indépendant de notre région.

«  Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. » dit le proverbe. 

Les Talents d'ici réunis au Prieuré de Talloires
Ils ont besoin de se faire connaître, de faire parler d’eux, de faire reconnaître leur travail pour pouvoir en vivre. Ils ont tous un point commun, celui d’exercer leur passion au quotidien, de créer leurs rêves et leur vie. Mais la tâche est lourde et la co-création, le partage, l’entraide font partie du quotidien et de l’engagement des créateurs.

Qu’à cela ne tienne, Laura Tuohy Bourguignon, metteur en scène de cette journée n’a pas compté ses heures pour créer de toutes pièces ce Shooting St’arts. Elle a emmené dans son sillage deux petites fées, Stéphanie Maréchal, conseillère en image et scénariste de tous les tableaux de la pièce et Marion Pierret, artiste et graphiste qui en a imaginé une douce et lumineuse communication visuelle. A leur côté, des dizaines d’incroyables talents qui ont donné le meilleur avec leur coeur pour faire de cette journée une parfaite alchimie.

Un écrin idéal pour un casting de rêve...


Partage et bienveillance 
Généreusement prêté par ses propriétaires, le Prieuré de Talloires s’est révélé être le lieu idéal pour le Shooting St’arts. Lieu sacré chargé d’une énergie magnétique, c’est dans la joie, le partage et la bienveillance que chacun a pu libérer sa créativité en totale liberté.

A l’image de ces mannequins du jour, femmes belles et rebelles, libres et sauvages, naturelles et majestueuses. Lionnes indomptables et fières, déesses du soleil, créatures mystiques ou mythiques, St’ars d’un jour, Stars toujours, elles incarnent la femme sacrée, la vie, la création, la liberté de croire en ses rêves et de les réaliser, avec amour, beauté, respect de l’autre et de la nature.

Femmes belles et rebelles

A l’image de Valérie Pache et ses robes de mariées en toile de parachute recyclé, Thérèse Blanchet et ses délicates créations florales, Mam’zelle Pastel et ses tableaux de peau éphémères, Thierry Maglione et ses pantoufles presque de vaire ou Carine Laurent et ses bijoux universels.

Coup de coeur pour les créations de Valérie Pache
«  Echanges, partage, don du coeur et don de soi, rencontres, connexion, cocréation, élan de vie universel et créateur, bienveillance, amour, plaisir, liberté, sensibilité, gratitude, engagement, solidarité, entraide, bonheur… » 
autant d’adjectifs qui ont résonné dans les sourires de celles et ceux qui ont contribué à la réussite de cette journée. 

Amoureuse de la nature et de la création sous toutes ces formes, j'ai eu la chance de partager cette journée, et d'être la Plume de l'événement. J'ai une immense gratitude pour celles et ceux que j'ai croisé de prêt ou de loin, je vous remercie du fond du coeur pour tout ce que vous m'avez transmis et je concluerai cet article par cette citation. Puisse t'elle nous inspirer tous nos actes.

"La nature n'a pas besoin de nous, mais nous avons besoin de la nature." Pierre Rabhi



Création florale - Thérèse Blancher 


Comme un cygne au bord du Lac



Un brin de nature dans les créations




Une vie plus légère : accepter l'imperfection par Bérénice Albertini


Le petit-déjeuner au lit fera t'il plaisir à celui qui reçoit ou celui qui offre ?
Il était une fois une jeune fille qui avait besoin d'ordre dans sa vie. Elle essayait de faire plaisir à son entourage par tous les moyens et semblait d'un point de vue extérieur très heureuse. La motivation de cette attitude : la peur du rejet ou de l'abandon par l'autre.

Ce préambule c'est un résumé simpliste de la manière que j'avais de vivre ma vie. Avant.
Je vous propose un retour sur les 3 histoires que je me racontais dans un monde parfait, et comment j’arrive maintenant à réagir en accord avec moi même et avec respect pour les autres.

L’histoire imaginée numéro 1 
Je devine les besoins des autres et je rend leur vie facile, ils seront toujours heureux et cela m’évitera de me confronter à un refus ou à un reproche.
Pour mieux vivre : j’arrête de me raconter des histoires et comprendre ce dont j’ai vraiment besoin. Ce qui ne m’empêche pas de respecter aussi le besoin de l'autre, si tenté qu'il soit exprimé.

Par exemple :

  • Je m’autorise à lire un livre au lieu de faire une machine ou autre corvée
  • J’ai des problèmes digestifs et besoin de contribuer à préserver la nature : j’achète des produits bio et je demande à mon mari de faire de même
  • Je souhaite un équilibre entre corvées et créativité : je met en place un partage équitable des tâches ménagères.


Faire de l'ordre et laisser place à la créativité...

L’histoire imaginée numéro 2 : 
En exprimant mon émotion à l’autre, je vais pouvoir résoudre mon problème.
Pour mieux vivre : Je me concentrer sur le problème à résoudre plutôt que ce que je ressens. J’utilise mes émotions comme sonnette d’alarme et non comme moteur.

Par exemple : Je suis en phase d’effectuer un déménagement de région de plus de 300km. Même si cela ne changera en rien mon service à mes clients existants, j'ai eu au départ peur de leurs réactions.
Au lieu de leur exprimer mon émotion face à cette situation, j’ai réfléchi. J’ai peur, et … comment je peux solutionner ce problème ?
Par exemple : pour les contrats en cours j’organise des venues régulières puisque de toutes manières une partie de ma famille et amis sont dans la région. Pour les nouveaux contrats je propose du tout Skype pour le travail à distance et organise des allées et venues pour ceux qui souhaitent quand même garder le face à face.
Mon émotion ici est positive car même si inconfortable, elle me permet de réfléchir à des solutions à mettre en place, et une stabilité à retrouver.

Trop d'amour et d'attentions tuent l'amour


L’histoire imaginée numéro 3 : 
Mon entourage, même proche, ne s'énerve jamais car je m'exprime toujours avec justesse et eux aussi.
Pour mieux vivre : je demande à l'autre d'exprimer son besoin plutôt que de me l’imaginer et faire une montagne de suppositions (voire culpabiliser).
Par exemple :  je suis en voiture avec plusieurs autres personnes et il est convenu que si la personne qui conduit est fatiguée, les autres la remplacerons.
Avant, j’aurai demandé tout le temps comment la personne se sent, me sentant responsable de son bien être, puis je l’aurais forcée à prendre sa place malgré ma fatigue.
Maintenant, je comprend que l'autre n'est pas responsable de mon état de fatigue et inversement.
La règle a été annoncée, la personne si elle se sent fatiguée, doit s’arrêter. Évidemment si je vois des signes évident de fatigue je lui propose, mais une fois suffit.

Bien que ce chemin se fasse pas à pas, je me sens désormais bien partout, du moment que les limites sont posées. J'accepte aussi des moments d'inconfort où je n'arrive pas à me faire plaisir ou répondre à mes besoins et le prend comme une expérience pour la prochaine fois ! Mais alors… c’est ça vieillir ? ( La sagesse vient avec l'âge et l'expérience Bérénice, lui dit Pascale ;-)

Et vous, vous avez eu des expériences similaires, des suggestions pour d’autres réactions que celles que je met en place ?


Retrouvez Bérénice Albertini, blogueuse et
professionnel du web
 sur son blog : www.mysimplelife.fr
 sur son site pro : www.studiopaon.com

La nature s’invite en ville dans le cadre des semaines du développement durable

Marche Nordique consciente à découvrir le long de l'Aire

Dans le cadre des semaines du développement durable 2016, la thématique retenue à Saint-Julien-en-Genevois est la nature en ville. A partir du 21 avril plusieurs événements sont co-organisés par la MJC de Saint-Julien, la municipalité et l’association Apollon 74 : le marché éco-bio, un troc de plantes, des sorties nature ou encore une conférence débat sur le sujet de l'extinction nocturne de l'éclairage public.

Un marché pour consommer bio et local
Lancé en 2010 par l’association Apollon 74, le marché éco-bio est chaque année l’un des temps forts des semaines du développement durable. Il prend de plus en plus d’ampleur et répond à une demande grandissante de la population qui cherche à s’informer de la provenance mais aussi des modes de production des produits et services dans le domaine du bio et de ses multiples labels et déclinaisons.
Le marché réunira plus de 40 exposants associatifs ou marchands autour de l'alimentation, des produits de soins et de santé, de l'habillement, de la décoration, du bien-être et du commerce équitable.  Des ateliers seront proposés autour du jardinage  -  comment installer un mini jardin sur son balcon – la naturopathie ou encore la marche nordique en conscience avec la nature.

Les ateliers du marché éco-bio

Les ateliers gratuits du marché éco-bio
10h - 12h30 : Massage habillé sur chaise par Zahra Chouitar, naturopathe humaniste
11h -12h : marche nordique en conscience avec Nordic’nature
11h : atelier mise en place de la boîte d’échange de graines
13h-18h : atelier land art pour les enfants avec La Maison du Salève
13h30 :  atelier gymnastique énergétique orientale Zahra Chouitar
14h : atelier gestion du stress par la sophrologie Isabelle Dao (sophrologue)
14h30 : fabriquer ses produits ménagers

Et bien d’autres….programme complet ici



Les temps forts de la quinzaine du développement durable  
Marché éco-bio : Samedi 30 avril à la Paguette
Troc de plantes : Dimanche 8 mai
Sortie nature : Dimanche 1er mai de 14h à 17h avec Nature ensemble
La création d'une grainothèque
Une conférence débat sur le sujet de l'extinction de l'éclairage public : Mardi 3 mai.